Récit détaillé Uruguay

Retour à la page précédente

2/03/2005

Départ de Zarate

Au départ de Zarate, nous passons les 2 ponts (à péage : environ 12 pesos argentins), qui enjambent les 2 bras du Rio Parana puis traversons la zone marécageuse du Delta… ça ressemble à l'Amazonie, c'est très vert et très agréable. Nous passons plusieurs contrôles de police et nous faisons "gronder" car nos phares ne sont pas allumés alors que c'est obligatoire de jour comme de nuit. La route est très bonne jusqu'à Gualeguaychu et la frontière que nous passons rapidement. C'est une frontière commune Argentine-Uruguay et toutes les formalités pour les 2 pays (polices, douanes, contrôle sanitaire) se font dans la même pièce. Avant cela, nous avions dégusté notre ultime parilla Argentine dans un charmant petit restaurant avec une non moins charmante serveuse, toute heureuse de la pièce d'1 que nous lui avions donné pour sa collection.

Dès la frontière passée, l'Uruguay nous plaît : jolis paysages verdoyants,.. Nous allons jusqu'à Mercedes, visite du petit centre ville, passage dans un distributeur de billets et nous nous rendons dans le seul camping de la ville où les transistors hurlant nous incitent à aller voir ailleurs. Avant de quitter le camping, nous avions eu l'occasion de discuter avec un couple d'Uruguayens parlant un excellent français et nous recommandant quelques jolis coins dont "las Canas" qui se trouve juste à côté de la frontière. Nous décidons donc de revenir sur nos pas et d'aller voir ce grand complexe qui se trouve au bord du Rio Uruguay. Très sympa, à l'intérieur de ce complexe qui ressemble à une véritable petite ville, nous pouvons nous poser "en sauvage" au bord du rio qui ressemble à un immense lac dans cette partie avec une belle plage de sable fin.  Nous aurons même en prime un coucher de soleil splendide. En soirée nous recevons la visite d'un couple d'argentins en vacances qui admirent Prosper et viennent le visiter et faire la causette avec nous. Ces contacts spontanés sont vraiment adorables et nous réjouissent chaque fois.

Etape à Las Canas à côté de Fray Bentos (Uruguay)

3/03/2005

A Las Canas

Nuit très calme et fraîche, 16° au réveil… on revit ! Ici il a fallut avancer notre montre d'1 heure, plus que 3h de décalage avec la France. En matinée nous allons au cybercafé voisin afin de finaliser l'installation de notre site chez Oxito. Repas léger au resto puis nous passons l'après midi sur la plage à lire. Le soleil chauffe et nous nous baignons avec un grand plaisir dans cette eau qui doit être à 25° environ. Depuis la Grèce, nous n'avions pas eu l'occasion de nous baigner et de nager, alors nous en profitons.

En fin d'après-midi, un couple d'Uruguayens nous rend visite. Après avoir longuement admiré Prosper et tous les autocollants des pays traversés, ils frappent à notre porte pour en savoir un peu plus sur notre voyage. Ils s'appellent Jorge et Martha, ils habitent à Fray Bentos et possèdent une petite maison à Las Canas dans laquelle ils passent beaucoup de temps. Nous discutons un bon moment puis ils nous annoncent qu'ils reviendront demain matin avec de la doc sur la région. Avant de partir ils nous offrent des autocollants de Las Canas pour compléter notre collection et nous demandent si nous serions d'accord pour que la télévision viennent nous filmer…

4/03/2005

A Las Canas

Jorge passe à 10h30 pour nous annoncer que la télévision sera là à 11h15. Effectivement, une équipe arrive et nous discutons quelques minutes avec eux avant que le caméraman et le journaliste ne se mettent à l'œuvre et que l'interview débute... en espagnol. Pendant quelques minutes, devant la caméra, nous répondons aux questions et parlons de notre voyage. Prosper est filmé sous toutes ses coutures... intérieures et extérieures. Jorge est resté avec nous durant tout ce temps, il nous prenait en photo pendant que nous jouions les vedettes. Nous apprenons par la suite qu'il a été le patron pendant 30 ans de cette chaîne de télévision... ceci explique cela ! Nous déjeunons à la terrasse du petit resto voisin et partons au cybercafé pour tester toutes les modifications effectuées sur notre site.  Oh surprise ! un mail du fiston nous annonce que nous allons être papy et mamie. Quelle joie… nous fêtons cette grande nouvelle en faisant sauter le bouchon de champagne. En soirée, Jorge et Martha passent nous voir ; nous leur proposons de boire l'apéro avec nous mais ils partent dîner chez des amis…. Et à peine une ½ h plus tard, Jorge revient avec son ami Mario qui tient absolument à nous inviter aussi pour fêter la grande nouvelle. Nous faisons donc la connaissance de Rubia, l'épouse de Mario et de sa sœur Cookie, tous aussi adorables les uns que les autres et passons une soirée délicieuse en leur compagnie. Nous sommes accueillis comme des membres de la famille et Mario sort la bouteille de champagne qu'il gardait pour une grande occasion !  Un vrai grand moment de bonheur.

5/03/2005

A Las Canas

Comme convenu hier soir, Jorge et Martha viennent nous chercher à 10h30 pour aller visiter Fray Bentos "leur" ville qui se trouve à 8 Km de Las Canas. Jolie petite ville de 20 000 ha, capitale de la province du Rio Negro. Aucun immeuble ne gâche cette ville, seuls les bâtiments officiels, le Théâtre et l'Eglise dépassent les petites maisons alignées le long des rues bordées d'arbres. Ballade très agréable avec nos guides particuliers qui nous racontent l'histoire de la ville et nous font l'honneur d'une visite très complète, du petit port d'où sont expédiées de grandes quantités de bois jusqu'au Golf construit par la colonie anglaise présente à l'époque. Nous revenons ensuite à Las Canas où Jorge et Martha nous invitent à déjeuner dans leur charmante maison qui surplombe le Rio Uruguay. A 16h Mario vient nous chercher en 4x4 et avec Jorge, nous allons visiter une Estancia : magnifique ! Nous sommes reçus par Juan, le régisseur, qui nous fait visiter toutes les installations et recoins avec force explications : 1500 bovins, 500 moutons, 9000 oliviers qui produisent environ 400 tonnes d'olives chaque année et quelques centaines d'orangers. Il nous offre deux bidons d'huile d'olive 100% naturelle de leur fabrication. Muchas gracias Juan, maintenant le fonctionnement d'une estancia n'a plus de secret pour nous. Sur le chemin du retour nous nous arrêtons dans une petite fabrique artisanale et familiale de "Lacteos", entendez par là de yaourts, mozzarella et dulce de leche. Nous sommes reçus par Sergio le patron. On visite tout, on apprend comment tout ceci est fabriqué, emballé… et au moment du départ, Sergio nous met d'office dans les bras plusieurs poches de yaourt et 1 kg de Dulce de Leche ! Ensuite nous allons à la maison saluer son épouse et faire la connaissance du petit bambi qu'il a recueilli alors qu'il était blessé, il l'a soigné et petit Bambi sait très bien qui lui donne du lait chaque jour… il ne quitte pas Sergio d'une semelle, il est très docile et a même fait des bisous à Patricia.

Nous revenons au camping-car en toute fin de journée et buvons l'apéro avec Jorge et Mario, puis nous nous séparons, un peu tristes. Ils nous ont tous reçus comme des princes et nous ont adoptés immédiatement. Nous sommes très touchés de leur extrême gentillesse et espérons pouvoir les recevoir un jour chez nous, en France, lorsqu'ils repasseront par là. Ils connaissent déjà Paris et la Côte d'Azur, nous leur ferons visiter l'arrière pays… Hasta luego estimados amigos !

6/03/2005

Départ de Las Canas

En quittant Fray Bentos, nous décidons de monter vers le Nord pour aller passer quelques jours dans la région des thermes que nos nouveaux amis nous ont ventée. Nous traversons une région de grande campagne et de champs très verts. De gros troupeaux de vaches y paissent tranquillement, à l'ombre des eucalyptus. De nombreux champs de tournesols ensoleillent encore d'avantage ce décor. Ensuite la route est bordée de plantations d'arbres : eucalyptus, feuillus, pins… sur des milliers d'hectares, à perte de vue, ce ne sont que des forêts de différentes hauteurs, où de jeunes plants poussent sur des anciennes coupes. Ici l'exploitation du bois tient une part importante dans l'économie locale, et permet à la nature de se régénérer. L'Uruguay se préoccupe beaucoup de son environnement et de la qualité de vie et à ce titre il arrive en 3ème position dans le classement des pays qui oeuvrent pour la protection de la nature et de l'environnement.  Avant d'arriver ici, nous ne savions pas à quoi ressemblait l'Uruguay… une chose est sûre : nous ne nous attendions pas à une aussi belle surprise : tout est propre, bien entretenu, la nature est très verte, les gens sont d'une gentillesse difficile à imaginer tant qu'on ne l'a pas vécue… je pense que nous allons passer ici plus de temps que prévu.

Nous faisons une étape à Paysandu pour déjeuner dans un resto : pour 7,5 nous avons 1 steack avec garniture, 1 pizza, 1 grande bière ! La route jusqu'aux thermes est très bonne. Nous nous installons au camping des "Termas de Guaviyu" sous une chaleur toride. Ce camping est immense et magnifiquement entretenu et pour 4/jour, nous avons des hectares pour nous (presque) seuls, l'électricité, l'eau et l'accès aux thermes à volonté et jusqu'à … 1h du matin. C'est dimanche soir, beaucoup de campeurs lèvent le camp. On trouve un poste internet très lent mais ça dépanne.

Etape aux "Termas de Guaviyu"

7-8/03/2005

Aux Termas de Guaviyu

Au programme, grande lessive, bricolage, bains dans les piscines d'eau thermale qui sort à 38°. Il fait une chaleur torride et nous sommes quasiment seuls dans ce très beau cadre. La nuit suivante est mouvementée à cause d'un vent très violent qui se lève au cours de la nuit. Au réveil le temps est très maussade… ça sent l'orage qui ne tarde pas à arriver et qui dure une grande partie de la journée. La température est passé de 39° hier à  20° aujourd'hui, mais cela ne nous empêche pas d'aller prendre un bain. Nous connaissons notre première infiltration d'eau dans Prosper, autour du lanterneau de la cuisine. Entre deux averses, nous refaisons le joint au silicone et tout rentre dans l'ordre… enfin, on l'espère ! En fin d'après-midi, un groupe de jeune musiciens qui s'appelle "BUSCA2", passe par là et tient à nous offrir un exemplaire de son premier CD ainsi que son calendrier. Merci les jeunes c'est très sympa… et bonne chance.

9/03/2005

Départ des Termas de Guaviyu

14° au réveil mais un temps superbe… on met un peu le radiateur électrique pour chauffer l'intérieur de Prosper !

Route très agréable toute la journée : d'abord elle est en excellent état, paraît récente parfois, traverse de jolis paysages de campagne très verte avec beaucoup d'arbres, tournesols, eucalyptus et même quelques palmiers en bordure. Et tout le long, ce ne sont que des saluts des gens, appels de phares des camionneurs, pouces levés….

Pour déjeuner, nous nous arrêtons à Paysandu. Un peu d'internet pour corriger quelques erreurs sur notre site puis déjeuner au restaurant. Ensuite, en quittant Paysandu, une moto conduite par un jeune avec son père à l'arrière nous rattrape et nous demande de nous arrêter pour discuter avec nous car ils sont très intrigués par Prosper et tous ses auto-collants.  Julian et son papa Juan nous guident ensuite dans la ville jusqu'au centre téléphonique que nous cherchions et au passage, nous saluons Angelica la maman, qui nous attendait sur le pas de sa porte car son mari l'avait prévenue avec le portable. Embrassades, visite de Prosper… que de gentillesse et de bonheur pour nous.

Nous reprenons la route vers Trinidad et nous arrêtons pour bivouaquer au bord d'un lac artificiel du barrage de Pas de Palmar. Site enchanteur, coucher de soleil merveilleux. Seuls au monde, nous passons une agréable soirée.

Etape à l'Embalse de Pas de Palmar

10/03/2005

Départ de Pas de Palmar

Au lever, vue superbe sur le lac et temps magnifique… on apprécie encore plus les petits déjeuners dans ces conditions !

La route continue à être agréable, même paysage qu'hier et toujours autant de troupeaux de vaches et de chevaux. Arrêt pour déjeuner à Florencio Sanchez, dans un petit resto, ensuite route vers Rosario puis Colonia. A l'arrivée, nous passons au bureau d'information touristique puis nous visitons à pied le quartier historique : une succession de petites rues pittoresques et encore pavées, de belles maisons coloniales, des jolies patios et jardins…  Ensuite nous reprenons Prosper pour parcourir les 10km de route qui longent la côte de Colonia. De jolies pinèdes abritent des tables pour le pique nique. Beaucoup de monde le long de cette promenade : marcheurs bucoliques, marcheurs sportifs, joggers…. Après avoir fait quelques courses, nous dînons là, sous les pins avec une belle vue sur la mer. L'eau est encore marron car nous sommes toujours dans le delta du Rio Plata. Pour la nuit, nous revenons dans le quartier historique et stationnons sur le petit parking à côté du phare, au bout du Paseo San Gabriel et passons une nuit très calme, au bord du Rio Plata. Nous apercevons les lumières de Buenos Aires qui se trouve juste en face de l'autre côté du rio à 50km exactement.

Etape à Colonia del Sacramento

11/03/2005

Départ de Colonia

Au lever, grand soleil et grand calme sur notre petit parking. Route tranquille au départ de Colonia puis, après quelques Km, une voiture nous double et nous invite à nous arrêter. René, un français qui vit ici 6 mois par an, nous invite chez lui et nous offre l'apéritif et le déjeuner auquel participe un ami uruguyen qui parle très bien le français : Ruben.  Très bon accueil, très bon moment passé en leur compagnie. Grâce à eux, nous goûtons pour la première fois aux Chivitos (délicieux sandwich à la viande). Nous repartons avec du vin et des raisins savoureux de la jolie treille qui recouvre la terrasse.

Nous reprenons la route jusqu'à Montevideo. Nous cherchons un endroit pour passer la nuit, passons au bureau du tourisme, tournons en ville. Comme il n'y a pas de camping, nous nous garons devant l'hôtel IBIS le long des ramblas et face à la mer. Nous nous entendons avec le gardien de nuit… pas de soucis on peut dormir tranquille, il veille sur nous.

Etape à Montevideo

12/03/2005

Départ de Montevideo

De bon matin, nous partons en taxi visiter la vieille ville de Montevideo. Prosper reste garé devant l'hôtel IBIS où il ne risque rien. Nous suivons à pied le circuit touristique qui permet de voir les nombreux et beaux bâtiments de la vieille ville : le mercado del puerto, l'église San Francisco, les palacios Taranco et Salvo, la plaza Zabala, la casa de Rivera, la catedral Metropolitana, la plaza constitucion et ses brocanteurs, le Club Uruguay, le teatro Solis, l'immense plaza Independencia, la casa de Gobierno et bien d'autres édifices du vieux Montevideo. Après cette matinée bien remplie, nous revenons à l'Ibis pour récupérer Prosper et quittons Montevideo en longeant les quelques 20 Km de ramblas (on dirait la corniche à Marseille). C'est très joli avec de beaux immeubles d'un côté, de belles plages de l'autre.  De plus, une large promenade est aménagée tout le long et semble faire la joie des nombreux joggers, cyclistes, promeneurs… Pause déjeuner dans un petit restaurant puis route vers Piriapolis. Dès l'arrivée, nous faisons un tour de cette petite ville qui s'étale le long de la mer. Nous trouvons une lavanderia pour le linge et une entreprise de recharge de gaz pour refaire le plein. Ensuite un tour au petit port, puis nous revenons nous poser sur un parking, juste en surplomb de la plage et de la mer, avec l'autorisation spéciale du gardien car, en principe, c'est interdit. Muchas gracias ! c'est agréable, calme et nous sommes berçés par le ressac.

Etape à Piriapolis

13/03/2005

Départ de Piriapolis

Route rapide et sans soucis jusqu'à Punta del Este. Au départ de Piriapolis, nous faisons les vedettes en suivant une course de VTT ! L'arrivée à Punta del Este est sympa. Nous passons devant de beaux immeubles, de belles villas, de magnifiques pelouses et jardins. Après un passage au bureau du tourisme, nous longeons toute la côte jusqu'au camping San Rafael. Après négociation, nous paierons 11 $US la nuit… c'est cher ! Une fois installés, nous sortons le scooter et partons nous promener au centre ville et déjeuner… ici, comme à Colonia, nous voyons plein de vieilles voitures de collection à vendre. Soirée calme au camping.

Etape à Punta del Este

14/03/2005

A Punta del Este

Pas d'eau chaude pour les douches le matin… à ce prix là … nous décidons de quitter ce camping qui ne nous apporte pas grand chose ! Nous passons au port et au marché des pêcheurs… et en revenons avec un joli sachet de camarones frais. Nous observons un long moment des lions de mer qui, visiblement, ont élu domicile dans le port et en grands habitués, attendent que les pêcheurs leurs donnent les restes du tri des poissons. Certains montent même sur le quai et se tiennent à côté des pêcheurs, on sent une grande connivence !  Nous nous installons en bord de mer pour déguster notre déjeuner royal… que c'est bon ! Nous partons faire une balade en scooter pour admirer les résidences, aussi belles les unes que les autres, les jardins (ou parc selon les cas) magnifiquement arborés, fleuris et entretenus… on se croirait presque à Beverly Hills. Vers 19h, nous nous installons sur un immense parking, face à la mer et y passons une soirée et une nuit très calme, nous sommes seuls. Très peu de circulation, maintenant que la rentrée des classes a eu lieu, c'est la basse saison et cette ville balnéaire est au ¾ "morte".

15/03/2005

Départ de Punta del Este

Route tranquille jusqu'à la Paloma en passant par Rocha. La Paloma est une petite station balnéaire beaucoup plus familiale mais… quasi déserte. Nous y trouvons quand même un cybercafé pour effectuer nos mises à jour du site et discutons avec le responsable qui est un fana de voyages et nous pose plein de questions. Nous partons ensuite repérer les environs pour trouver un bivouac et nous arrêtons sur le parking d'un resto de plage, le Puerto Chico, où le patron, super sympa, vient discuter avec nous et nous dit que nous pouvons stationner là pour la nuit, il a un gardien qui garde son resto et nous ne risquons rien. Nous acceptons car, de plus, le coin est très joli, juste au bord de l'océan avec la plage immense à perte de vue. Dans l'après midi nous buvons une bière en terrasse et discutons avec le patron et un couple d'ami argentins en vacance ici. La soirée est effectivement très calme, seul le bruit de vagues et un peu de pluie troublent la quiétude.

Etape à la Paloma

16/03/2005

Départ de la Paloma

Route sympa qui repasse par Rocha puis jusqu'à Chuy qui se trouve juste à la frontière Brésilienne. Nous déjeunons d'une parilla puis revenons un peu sur nos pas pour aller au camping de Barra de Chuy qui se trouve à 12km de là (dont 7km de piste). Le camping est sympa, sous les pins, pas en bord de mer mais il a une superbe piscine que nous essayons sans tarder. Après dîner, nous allons à pied au "centre ville" (juste quelques maisons dont un cybercafé) pour relever nos mails. A croire que toute la population est rassemblée là, le cybercafé est presque plein ! Nuit très calme… le camping est presque vide.

Etape à Barra de Chuy

17/03/2005

Départ de Barra de Chuy

C'est la St Patricia !

Nous quittons Chuy et nous dirigeons vers la frontière Brésilienne. La sortie d'Uruguay se passe en 3mn et 13 Km plus loin, l'entrée au Brésil est un peu plus laborieuse : ¾ d'heure quand même ! Petit retour à Chuy pour faire du change et avoir des réals car nous avions oublié de le faire et à partir de là, les péage routiers ne peuvent se payer qu'en Réals. Nous en profitons pour déjeuner dans un Churrasco avec buffet libre.

Enfin nous prenons la route vers Pelotas, sans problème, sinon que Prosper se remet à "guidonner" sévère. Zut et Zut ! Arrivés à Pelotas nous faisons un passage rapide au cybercafé et en sortant, nous sommes abordés par Enrique et son fils José qui attendaient patiemment a côté de Prosper car ils voulaient discuter avec les français. Adorables. Nous discutons un moment avec eux puis ils nous emmènent à leur station service, nous offrent à boire, nous font des petits cadeaux et nous prêtent leur téléphone pour appeler les parents de Patricia. Ensuite José nous conduit, dans sa voiture, jusqu'au marché pour que nous puissions acheter des camarones, car ici ils sont réputés et de plus c'est la bonne saison et il y en a des tonnes !  Effectivement, au marché, des montagnes de camarones de toutes tailles, décortiqués ou non… un bonheur pour les amateurs de fruits de mer que nous sommes. Nous repartons avec nos 2 kg pour moins de 7.

Nous nous séparons de cette famille attachante après avoir salué un gentil Monsieur, ancien professeur d'histoire d'Enrique, qui parle très bien le français. Route vers Sao Lourenço do Sul. Nous roulons prudemment car les camions brésiliens sont les maîtres de la route. Nous nous installons au camping de Lagoa avec une vue imprenable sur la lagune. Aujourd'hui on a vu des frangipaniers, ça fait plaisir !

Ce premier contact avec le Brésil et les brésiliens est super.

Etape à Sao Lourenço do Sul (Brésil)

La suite sur le è Récit Brésil

Retour à la page précédente

Accueil | Qui sommes nous ? | Notre projet | Notre équipement | Les préparatifs | Carnet de route | Le Grenier aux Infos | Nous contacter

Copyright © André CHAZEL 2004-2009
Cliquez ici pour nous envoyer un E-mail